List

Où en sont les négociations ?

 

Un nouvel accord est sur la table après quatre journées de négociations. Le texte est passé de cinquante-cinq à cinquante pages. Un progrès ? Certainement. Cependant, il semble bien ardu de se réjouir de l’avancement des pourparlers alors que nous arrivons presque à la moitié de la conférence. Le nouveau texte[1] contient encore quelques deux cent cinquante options d’amendements. Nous sommes toutefois loin du scénario de Copenhague – où un second texte déconnecté du premier avait été rédigé en privé par quelques parties.

 

Le mercredi 2 décembre, Laurent Fabius, président de la COP21, avait appelé à l’accélération des négociations et à la recherche de compromis de la part des parties. Toutefois, cette accélération implique bien souvent la réduction du nombre de parties dans les différents groupes de négociations. Ainsi, la journée du jeudi 3 décembre a par exemple vu son agenda largement allégé, passant des vingt-cinq réunions annoncées à seulement douze. Les négociateurs ont présenté un nouveau texte ce samedi. Il est important de noter que les facilitateurs ne sont pas parvenus à un compromis sur un certain nombre points : l’objectif à long terme, la différenciation de l’effort, le financement (il reste 18 options pour l’article 6) et le prix du carbone. Ils laissent ainsi ces questions aux ministres et chefs d’états, qui prendront le relai dès la semaine prochaine pour finaliser les négociations.

 

Quelles sont les réactions des Parties ?

 

L’optimisme reste de mise. Les médias en sont d’ailleurs le principal reflet. Toutefois, au sein des Parties, des divergences de points de vue sont à noter.

 

Lors des comptes rendus quotidiens des derniers jours, ouverts à la société civile, l’équipe de négociations du Canada est apparu optimiste, mais réservée, sur l’avancement des discussions. Ouverts à la discussion, ils offrent toutefois des réponses timides aux questions qui leur sont adressées. À noter que la presse n’est pas autorisée lors de ces réunions.

 

Tandis que le Canada se veut confiant, le Mexique semble, pour sa part, plus préoccupé. Ses représentants s’avèrent plus communicatifs et francs envers la société civile lorsqu’il s’agit de développer sur l’avancée des négociations . Lors d’un compte-rendu semblable à ceux que réalisent l’équipe de négociations canadienne, les négociateurs mexicains ont affirmé être témoins d’une discordance entre les discours des deux premiers jours et les tractations actuelles. Ils se sont même dits « inquiets » du manque de volonté de certains états. Sur des questions primordiales telles que les droits humains (genre, autochtones, équité…), des pays ergotent encore sur la terminologie à inclure dans le texte. Étonnant ? Pas vraiment… Bien que Paris présente un momentun évident, les discordances sur les questions clés se font sentir, justifiant les frustrations de certains pays. [2]

 

Pour le reste, les États-Unis et la Chine campent sur leurs positions et semblent recevoir un accueil général favorable quant à leur approche. Le Brésil et l’Inde, quant à eux, semblent toujours déterminer à trouver un accord à Paris. La COP21 devrait prendre fin le 11 décembre. La communauté internationale devra d’ici là parvenir à l’accord universel qu’elle s’est elle-même fixé comme objectif.

 

La COP21 expose ce samedi 5 décembre la limite du mantra de Nelson Mandela « I never lose. I either win or learn ». L’humanité se trouve au pied du mur, le temps d’apprentissage est écoulé. Espérons que les parties en prendront conscience dans les prochains jours. Alors que retenir ? Que pour l’instant, il existe encore deux versions servant à préparer l’aboutissement d’un même accord.

 

Les tensions observées et avancements entre les Parties ont eu pour sujets ces derniers jours :

 

  • Au niveau de la coopération internationale :

- Un manque de clarté notable à propos du financement post-2020, notamment sur les pays qui se porteront garants du financement.

- Le fond vert pour le climat – cent trente-six états ont été chargés de le financer.

 

  • Au niveau de la réduction des émissions de gaz à effet de serre :

- Le vocabulaire à ce propos semble devenir plus clair, avec des options concrètes.

- Le Brésil a réitéré l’importance pour les Parties de ne pas réduire les ambitions qu’ils ont précédemment présentées (« no backsliding »)

 

  • Au niveau de la résilience et de l’adaptation :

- Une plus grande clarté des options sur le long terme à propos de l’adaptation, mais laterminologie n’est pas encore fixée et le lien entre adaptation et mitigation reste flou.

- De nouvelles initiatives ont été présentées afin d’augmenter la capacité des communautés à travers le monde pour lutter contre l’impact du changement climatique (G7 InsuResilience, Great Green Wall for the Sahara and Sahel Initiative, fond européen de près de 125milions d’euros pour les pays ayant été affecté par El Niño[1]. )

- sur les pertes et dommages, il n’y a plus qu’une seule option, certes moins ambitieuse, mais l’option “no text” a disparue.

 

Pour la délégation,

Gwendoline Decat-Beltrami

Le Bourget, France.



[2] Retrouvez les questions qui taraudent le plus les pays actuellement à la fin de cet article.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

  Posts

January 5th, 2016

Finalement, un bon accord ?

Au long de l’année qui a séparé les COP 20 et 21, la présidence française l’a maintes fois répété, l’accord […]

January 5th, 2016

À t-on revu les ambitions de Paris à la baisse?

3 degrés. 3 degrés d’augmentation de la température globale d’ici la fin du siècle sur les niveaux préindustriels. C’est le […]

December 15th, 2015

Commentaire expert : L’agriculture écologique, une stratégie incontournable de la lutte contre les changements climatiques dangereux

Pour éviter des changements climatiques dangereux, nos sociétés doivent opérer une transition énergétique sans précédent. Le chantier requerra un investissement […]

December 12th, 2015

La tarification du carbone à la CdP 21

Depuis le début de la Conférence des parties à la convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques à Paris […]

December 10th, 2015

Consensus à la COP21 ?

Les différentes conférences présentées lors de la Conférence de Paris montrent un consensus, entre les besoins des secteurs financiers, politiques […]

December 10th, 2015

L’appel à l’intégration du genre dans la lutte au changement climatique

D’après le GIEC[1], le réchauffement de la planète est indéniable et certains de ses effets déjà irrévocables, notamment l’intensification des […]

December 10th, 2015

Commentaire d’expert : Protection des forêts et bénéfices pour le climat : les défis de la quantification

La forêt contribue-t-elle aux émissions de carbone ? La forêt absorbe le CO2 de l’atmosphère par la photosynthèse et stocke […]

December 9th, 2015

Réduire les émissions par la protection de nos forêts

Quelle est la place pour la forêt dans les négociations ? Ce lundi, les ministres et délégués des États parties […]

December 8th, 2015

Un traité légalement contraignant ?

Cette première semaine de négociations à Paris se termine sur une note positive. Bien qu’il reste un certain chemin à […]

December 7th, 2015

« Loss and Damage » : un concept clé des négociations à Paris

Qu’est-ce que c’est ? Le texte qui sera adopté à Paris aura un impact crucial sur certains pays. C’est le cas […]