List

Qu’est-ce que c’est ?

Le texte qui sera adopté à Paris aura un impact crucial sur certains pays. C’est le cas des petits États insulaires, et des États les plus vulnérables aux impacts des changements climatiques. Mais que réclament-ils précisément ? Le G77 + Chine, soit le regroupement des pays en voie de développement, insiste depuis déjà quelques années, sur l’inclusion dans le texte de la notion de « Loss and Damage ». Celui-ci fait référence aux pertes et aux préjudices que les pays les plus vulnérables vont devoir subir ou subissent déjà, suite à l’intensification des impacts des changements climatiques sur leur territoire. Ainsi, une réduction du potentiel de développement, une perte de l’héritage culturel ou d’une partie du territoire, sont toutes des exemples de ce concept. La fréquence plus élevée et l’amplification de l’intensité des cyclones, l’assèchement des rivières sont quelques unes des causes des pertes et préjudices, en lien avec les changements climatiques.

 

 

Pourquoi c’est important ?

L’ensemble des pertes et des préjudices que subit ces pays est une conséquence directe ou indirecte des changements climatiques.  Or, comment expliquer que les pays les plus vulnérables aux impacts, ayant le plus de difficulté à s’y adapter, doivent aussi payer pour les dommages qu’ils n’ont pas causés ? Les pays les plus vulnérables vivront tôt ou tard les conséquences des changements climatiques et il est par conséquent impératif que ceux-ci reçoivent une aide adéquate afin de s’y adapter.

 

Qu’est-ce qui se passe à la COP21 ?

La question des « Loss and Damage » est au cœur des négociations de Paris. Le G77+Chine, qui regroupe 134 pays en développement[1], veut la mise en place d’une disposition indépendante consacrée à cette question. Ce groupe met en exergue les impacts socio-économiques que vivent les pays les plus vulnérables. Les pays qui s’y opposent, quant à eux, ne souhaitent pas que ce concept soit intégré, reflétant ainsi leur volonté de ne pas payer pour les dommages occasionnés.

 

Par ailleurs, plusieurs acteurs  se mobilisent pour enrichir les connaissances sur cette question. À cet effet, s’est déroulé à Paris, ce 5 décembre, la conférence  « Who should pay » ? Plusieurs acteurs de la société civile en ont profité pour part de leur position sur cette question  :des représentants de la Heinrich Boell Foundation, du Climate Justice Programme et du Valitupu Island Youth and Tuvalu CAN.

 

Qui doit payer pour ces pertes et préjudices ? Les pays développés qui sont principalement responsables des changements climatiques ou l’industrie des combustibles fossiles ? Devons-nous faire une disposition indépendante pour répondre aux « Loss and Damage » ou devons-nous l’intégrer sous les mesures d’adaptation ? Plusieurs questions se posent à l’égard de ce concept, plutôt nouveau dans le langage des négociations.

 

 

 

De l’avenir ?

Le draft agreement du 5 décembre permet d’entrevoir un espoir quant à l’intégration de ce concept dans le texte de Paris. En effet, c’est à l’article 5 que l’on retrouve la question du « Loss and Damage ». L’option 1 tient à attribuer un article complet à cette question, contrairement à l’option 2, qui tend à l’intégrer sous l’article 4 qui est consacré à l’adaptation. Or, il y est exclu la possibilité d’un « no text » ce qui permet de croire que cette disposition perdurera dans le Paris Outcome.

 

Cela dit, l’intégration de cette disposition dans le texte de Paris est un simple point de départ pour l’ensemble de ces pays. Plusieurs mécanismes devront être intégrés ultérieurement, pour offrir un cadre institutionnel et un support financier robuste et ainsi aider les pays les plus vulnérables à répondre à cette problématique. Comment supporter un transfert des moyens de subsistance pour ces pays ? Comment répondre aux besoins de relocalisation des populations ? Quel montant d’argent sera attribué pour la reconstruction des pays touchés par les changements climatiques ? En fait, un seul aspect du problème apparaît clair : les pays les plus vulnérables ne sont pas en mesure de faire face aux pertes et préjudices causés par les changements climatiques. Ce n’est pas non plus à eux qu’il revient de payer pour les dommages qu’ils n’ont pas causés.

 

Ainsi, il reste à voir ce qu’il adviendra de ce concept dans les prochains jours. Les pays sauront-ils trouver un compromis permettant d’aider les pays les plus vulnérables ? La complexité de ce concept et la multiplicité d’acteurs impliqués rendent cependant la question particulièrement difficile à traiter.

 

 

Catherine Viens

Pour la délégation

Le Bourget, Paris



[1] G77 : à l’origine composé de 77 pays, le G77 compte actuellement 134 pays membres et continue à être désigné «  G77 » dans les négociations et sessions de l’ONU

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

  Posts

January 5th, 2016

Finalement, un bon accord ?

Au long de l’année qui a séparé les COP 20 et 21, la présidence française l’a maintes fois répété, l’accord […]

January 5th, 2016

À t-on revu les ambitions de Paris à la baisse?

3 degrés. 3 degrés d’augmentation de la température globale d’ici la fin du siècle sur les niveaux préindustriels. C’est le […]

December 15th, 2015

Commentaire expert : L’agriculture écologique, une stratégie incontournable de la lutte contre les changements climatiques dangereux

Pour éviter des changements climatiques dangereux, nos sociétés doivent opérer une transition énergétique sans précédent. Le chantier requerra un investissement […]

December 12th, 2015

La tarification du carbone à la CdP 21

Depuis le début de la Conférence des parties à la convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques à Paris […]

December 10th, 2015

Consensus à la COP21 ?

Les différentes conférences présentées lors de la Conférence de Paris montrent un consensus, entre les besoins des secteurs financiers, politiques […]

December 10th, 2015

L’appel à l’intégration du genre dans la lutte au changement climatique

D’après le GIEC[1], le réchauffement de la planète est indéniable et certains de ses effets déjà irrévocables, notamment l’intensification des […]

December 10th, 2015

Commentaire d’expert : Protection des forêts et bénéfices pour le climat : les défis de la quantification

La forêt contribue-t-elle aux émissions de carbone ? La forêt absorbe le CO2 de l’atmosphère par la photosynthèse et stocke […]

December 9th, 2015

Réduire les émissions par la protection de nos forêts

Quelle est la place pour la forêt dans les négociations ? Ce lundi, les ministres et délégués des États parties […]

December 8th, 2015

Un traité légalement contraignant ?

Cette première semaine de négociations à Paris se termine sur une note positive. Bien qu’il reste un certain chemin à […]

December 7th, 2015

« Loss and Damage » : un concept clé des négociations à Paris

Qu’est-ce que c’est ? Le texte qui sera adopté à Paris aura un impact crucial sur certains pays. C’est le cas […]